Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
QUI EST QUI ?
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net ?

Accueil
Qui est Qui ?
Finance
Profil

Finance

Al Walid Ben Talal
Prince Al Walid, à la tête de la société Kingdom Holding
Fiche d'identité

Al WalidBen Talal

Nom: Al Walid Ben Talal
Occupation: Prince Al Walid, à la tête de la société Kingdom Holding
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Biographie

Ami de Michael Jackson, diplômé de plusieurs universités américaines, le prince Al Walid Ben Talal était sorti de l`anonymat au début des années 90 en prenant 8,3 % du capital de Citicorp au moment où la banque se portait mal. Treize ans plus tard, à 46 ans, le neveu du roi Fahd d`Arabie saoudite, surprend à nouveau et confirme sa réputation de spécialiste des investissements à contre-courant. Alors que l`hôtellerie de luxe, victime de la conjoncture économique, de l`épidémie de pneumonie atypique et de la guerre en Irak, nage en plein marasme, le milliardaire du désert à l`allure fluette, via sa société Kingdom Holding, s`empare du prestigieux Hôtel Des Bergues en Suisse. Montant du chèque déboursé pour cet l`établissement genevois surplombant le lac Leman: € 87 millions. Après le Four Season Park Lane Hotel à Londres, le George V à Paris, et le Disneyland Paris Hotel, c`est le quatrième hôtel de luxe du prince en Europe.


Qui est le prince Al Walid? Avec un portefeuille de participations (Pepsico, AOL Time Warner, Netscape, News Corp, Compaq, Amazon,...) estimé à quelque $ 18 milliards, le magnat saoudien, est un des hommes les plus riches de la planète. La cinquième fortune du monde selon le magazine américain Forbes. Richissime, le milliardaire du désert est aussi un homme d`influence. Dans le récent premier classement des milliardaires établi en fonction de leur richesse, mais aussi eu égard à leur carnet d`adresses, leurs relais politiques et leur couverture médiatique, le prince Al Walid arrive en septième position. A quelques encablures seulement de Warren Buffet, deuxième du classement derrière l`inévitable Bill Gates, patron de Microsoft. D`ailleurs, le magazine Time n`a pas hésité un jour à le surnommer le «Warren Buffet arabe» pour sa capacité à débusquer une entreprise sous-évaluée. Mais là s`arrête pour certains la comparaison avec le sage d`Omaha. Car, en dépit de son lucratif investissement dans Citicorp, tous ses placements sont loin d`avoir été aussi visionnaires que ceux de Warren Buffet. En fait, alors que le prince Al Walid n`a pas son pareil pour savoir quand acheter, ses détracteurs jugent qu`il a nettement moins de flair lorsqu`il s`agit de vendre. S`il rechigne tellement à se séparer de ses participations qui rapportent, «c`est parce que j`en tombe pratiquement amoureux», rétorque-t-il.


Comment le prince Al Walid a-t-il bâti sa fortune? Après ses études, avec un cadeau paternel de $ 15.000 en poche, il commence en 1979, comme beaucoup de Saoudiens, dans les affaires en aidant les entreprises étrangères à décrocher des contrats dans le royaume wahhabite. S`ensuivront de bons coups dans l`immobilier (Canary Warf) et la distribution (Saks Fift Avenue), avant de faire véritablement fortune au début des années 90 en volant à la rescousse de la banque au parapluie rouge. Un investissement qui sera suivi par d`autres, et dans des secteurs aussi divers que l`hôtellerie (il en possède désormais 187 à travers le monde dont le Plaza à New York et le George V qu`il rachète en 1996 et rénove de fond en comble pour € 400 millions), les restaurants, les communications, les technologies et les loisirs. Ils feront la légende du prince Al Walid. En 2000, il fait même le grand saut des technologies investissant dans des entreprises actives dans ce secteur comme WorldCom ou Kodak ainsi que des dotcom comme Priceline, Amazon, eBay ou DoubeClick. Non sans quelques infortunes. A vrai dire, pensant ramasser au plus bas des actions vouées à se rétablir rapidement, quelques-uns de ces supposés «juteux» investissements se sont transformés en cauchemars financiers. C`est que le statut princier ne protège pas vraiment des déconvenues boursières.


Ses détracteurs voient dans son entêtement à rester l`investisseur saoudien le plus important dans le secteur privé américain, un désir d`être dans les bonnes grâces du gouvernement américain. Il est vrai que sa décision de re-financer Citigroup à un moment où la banque se portait mal en a surpris plus d`un. Sensible à ces accusations le qualifiant de pro-américain dans un royaume wahhabite en crise, surtout depuis la tragédie des attentas du 11 septembre 2001, le prince n`hésite pas à faire régulièrement des dons de plusieurs millions de dollars à des institutions religieuses pour soigner son image dans le monde arabe. Politique? Ayant bonne presse aux Etats-Unis, sa popularité dans le monde arabe et ses manœuvres politiques en Arabie saoudite pourraient effectivement, aux yeux de certains, lui servir le jour où la monarchie actuellement en place tombera.


Côté train de vie, s`il roule évidemment sur l`or, Al Walid mène une vie plutôt discrète entre l`Occident, où il achète, et l`Arabie saoudite, dans son palace aux 130 chambres, 30 salles de bains, plusieurs piscine intérieures et extérieures, dans lequel s`affairent 90 serviteurs. Ascète féru de marche et de tennis, citoyen d`honneur de la ville de Cannes où y est ancré son yacht, ce francophile aime rappeler qu`un chirurgien marseillais a sauvé de la paralysie l`un de ses fils, grièvement blessé lors d`un accident. Quant à sa devise, elle vaut, elle aussi, son pesant d`or. Plutôt que la célèbre formule «Ne travaillez pas durement mais intelligemment», il préfère «Travaillez intelligemment d`abord, durement ensuite».


Distinctions et publications

HRH Prince Alwaleed Bin Talal Bin AbdulAziz Alsaud

Fiche d'identité

Al WalidBen Talal

Nom: Al Walid Ben Talal
Occupation: Prince Al Walid, à la tête de la société Kingdom Holding
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net?
Profil au hasard
François HOLLANDE

François HOLLANDE

Ex-Président de la République de France

Il a été désigné par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) lauréat du Prix Félix Houphouët-Boigny pour
Lire biographie...